Beyond all you are mine (FR)

BEYOND ALL
YOU ARE
MINE 

Exposition de groupe 
:mentalKLINIK . Rina Ralay-Ranaivo . Temandrota

Une proposition de Joël Andrianomearisoa 

Hakanto Contemporary 
Antananarivo 

Exposition du 27 février au 4 septembre 2021

Beyond all you are mine.
Au-delà de tout, tu es mien. 

Une affirmation joyeuse dans un temps où le futur reste incertain. La fin nous semble loin ! Et que sera demain ? 
Une déclaration de vie au moment où le souffle nous manque. Comment respirer ? Avec qui ? 
Une assurance d’amitié forte même quand le monde d’aujourd’hui semble désemparé. Allons-nous danser un jour ? Un baiser ? 
Un état d’amour quand le patriotisme naïf pointe trop son nez. 

Trois artistes se délivrent pour affirmer que nous sommes toujours ensemble, inspirés et vivants. 
Le souffle du temps nous appartient et nos désirs vont au-delà de tous les horizons. 

Le premier est une force malgache. Temandrota. 
Il manipule la terre, il pétrit le feu, il triture nos cœurs pour en donner de nouvelles résonances. 
Il esquisse dans son installation immersive Kolondoy de nouveaux territoires, de nouveaux terrains de jeux pour nous confronter aux questions de demain et à nos envies profondes. 

Le second,
du Bosphore en passant par les rives de l’Ikopa,
les :mentalKLINIK brouillent les pistes d’un jeu entre matérialité, luminosité et sentimentalité. 
Sans géographie mise à part celle de l’émotion. 
Entre l’idée du 2, du 3 ou plus … Le couple :mentalKLINIK nous convoque à questionner l’idée d’un nouvel amour et surtout celui que l’on porte sur Antananarivo. Another love.

Et le troisième, 
Rina Ralay Ranaivo qui partage son coeur entre Antananarivo, Berlin et l’ailleurs,
invoque dans sa pièce Chapitre I, ses fantasmes, nos ancêtres et l’Histoire le long d’un fleuve imaginaire à traverser. 
Encore une fois traverser l’eau, traverser le temps, traverser l’autre, traverser les frontières, 
pour se retrouver et affirmer qu’au-delà de tout tu es mien. 

Fabriquer le désir, 
le désir d’être dans le monde,
se glisser dans la caresse du vent, 
et se laisser emporter. 

Joël Andrianomearisoa . 2021

RAMILY
ILAY NANAO
NY MARAINA

Ramily celui qui a révélé le jour

EXPOSITION MONOGRAPHIQUE
DU 30 AVRIL 2022
DU 30 JUILLET 2022

Entre rétrospective et hommage, l’exposition est consacrée à Emile Rakotondrazaka, plus connu sous le nom de Ramily ou encore affectueusement appelé Dadamily. En effet, Ramily est le père de la photographie contemporaine malgache en noir et blanc. L’exposition est un espace-temps mettant en avant, le génie d’un photographe, initiateur du noir et blanc, et laborantin hors pair.

EMILE RAKOTONDRAZAKA . RAMILY

Emile Rakotondrazaka, surnommé Ramily, ou Dadamily est né le 25 septembre 1939 dans le quartier d’Antohomadinika à Antananarivo. Aîné de 10 frères et sœurs, il est le fils du menuisier Rakotozafy et Razanapanalina.

À l’âge de dix ans, en 1949, il est alors élevé par le Pasteur Rasolonjatovo, qui a un fils photographe. Sa première rencontre avec la photographie commence lorsqu’il suit son frère d’adoption pour effectuer des « opérations cartes d’identité » dans les villes et villages de Madagascar durant cette période encore sous domination coloniale.

En 1956, à l’âge de 17 ans, Ramily travaille en tant qu’assistant-technicien de labo photo chez PHOTOFLEX, situé à Analakely sur l’Avenue de l’Indépendance et dirigé par le photographe français Mesli d’Arloze. Ses talents dans les techniques de développement de photographie en chambre noire commencent à attirer l’attention. Son employeur apprécie beaucoup sa maîtrise des procédés chimiques. Ramily excelle en tant que laborantin.

En 1968, il ouvre son premier laboratoire de développement — encore très modeste, mais déjà très connu — dans le quartier historique d’Ankadifotsy, au sous-sol d’une librairie tenue par sa femme.

Deux ans plus tard, en 1970, il déménage à Itaosy, où cette fois, il déplace son laboratoire de développement devenu plus grand et sophistiqué. Une première pour Madagascar. Il crée par la suite un studio de photographie. Plus tard, il commencera même un atelier d’encadrement en bois.

Entre les années 1970 et 2000, Ramily expose successivement dans les locaux d’Air Madagascar, au Centre Culturel Albert Camus (actuellement Institut Français de Madagascar), au CITE (Centre d’Information Technique et Économique), à l’Alliance Française de Tananarive et même dans les rues de la ville d’Antananarivo, avec un collectif d’amis photographes. Il a aussi participé à plusieurs éditions du Mois de la Photo et au festival Photoana, ainsi qu’une biennale de rencontres photographiques dans l’Océan Indien, qui ont toutes eu lieu à Antananarivo. À deux reprises, la revue internationale « Revue Noire » lui consacre même des articles.

Ramily est aussi membre fondateur de deux associations de photographes, dont l’Association des Photographes de Madagascar et l’Association des Photographes de Tananarive.

Parmi ses dernières parutions publiques, en 2007, il participe à une exposition internationale d’art contemporain, « 30 et Presque-Songes » initiée par Joël Andrianomearisoa à Antananarivo.

Icône de la photographie, Ramily est la référence du tirage argentique. Son œuvre a atteint son apogée dès les années 1970. Il a arrêté sa carrière de laborantin en 2003, l’année où il a été victime d’une attaque cardiaque. Ramily est décédé le 26 mars 2017 à Antananarivo, en laissant derrière lui des centaines de paysages poétiques, des tirages travaillés avec soin, les noirs et blancs des clichés de mariage et événements solennels, et surtout une passion inouïe pour la photographie partagée généreusement à de jeunes générations de photographes.

Hakanto Contemporary
Alhambra Gallery . Étage 2
Ankadimbahoaka . Antananarivo
Madagascar